UNE JOURNEE AVEC MAURICE

 

 

 

Figaro

 
 
Participe à la radio libre
Ecoute l'émission maurice radio libre 21h
Suis Maurice Radio Libre Sur les Réseaux Sociaux
  • Maurice sera là dès 21h ! Appelle-le via Skype ou envoie-lui un message maurice@mauriceradiolibre.com !

Univers Maurice Radio Libre

 

15 H 10 " Ca vous dirait de m'habiller ? "
Chaque soir sur Skyrock, il te nettoie les oreilles et la cervelle. Tu le hais. 
Tu l'aimes. Tu voudrais lutter. Mais chaque fois, tu y reviens. Il a bien voulu causer avec nous. En plein 
jour. Attention : c'est aussi fort qu'en  pleine nuit. 
Maurice. Ca vous dirait de m'habiller ? Vous avez une carte bleue, non? Ouai, bon ben d'accord, on va faire les magasins tous les quatre et vous me choisissez de nouvelles fringues. 
Morgane. Genre "Pretty Woman".. 
Sonia. On va te déguiser en drag-queen. 
Maurice. Ah non! 
XL. Tu sais, les drag-queens, au naturel, ils ont ton look : métis, les cheveux attachés derrière... 
Maurice. Attends, mais... Ce mec est en train de m'expliquer en gros que je suis une drag-queen ! 
 
14 H " Pourquoi vous m'avez amené là ? " 15 H 17 " Un après-midi avec l'Eculé. "
Univers Maurice Radio Libre Maurice a demandé aux filles de l'amener dans un lieu bien à elles. Elles ont choisi une salle de concert, l'Arapaho, à Paris. Rendez-vous à l'entrée. En noir, sur sa moto  une “ 3 pattes 900 ”, comme il dit , Maurice a l'air de sortir d'un film. 
Maurice. Pourquoi vous m'avez amené là ?
 Une salle “ rock ”, ça veut rien dire, ce n'est pas la salle qui est “ rock ”, ce sont les groupes qui y louent qui lui donnent une image “ rock ”. Si demain un mec fait venir des super groupes à l'Opéra Bastille, vous n'irez pas? 
Sonia. Si Si... Mais c'est moins chaleureux. 
Maurice. Chaleureux I Quatre cents personnes 
collées dans cent mètres carrés, tu penses que c'est chaleureux ?! 

Morgane. T'as le droit de ne pas aimer la foule. 
Maurice. j'ai le droit.
15 H " Ma vie, c'est comme à la radio "
Un bar du XIIIe arrondissement. Maurice et les filles apprennent à se connaître. Dans la vie, il a la même voix qu'à la radio.
Sonia. On est un peu des privilégiées d'être avec toi en vrai, non ? C'est mieux qu'au téléphone. 
Maurice. La seule différence avec l'émission, c'est qu'on a plus de temps. Sinon, c'est pareil. Un mec qui m'appelle à l'antenne ou qui vient me parler dans la rue, de toute façon, il entre dans mon univers.  Ce qui se passe dans
Univers Maurice Radio Libre
ma vie de tous les jours, c'est comme à la radio. A partir du      moment où le mec vient me parler, il vient chez moi. Il faut qu'il se fasse à mon rythme. Si un mec veut me dire quelque chose dans la rue et que je marche, il va avancer à son tour. A mon rythme. Et si moi, je veux te parler, je suis obligé d'entrer dans ton univers et de prendre ta vitesse. Si tu entres dans un magasin, je te suis. Vous êtes mimi, vous êtes marrantes, j'ai envie de vous donner du temps. Tant que vous ne dîtes pas de conneries, ça va.
Morgane. Qu'est-ce qu'il ne faut pas dire ? 
Maurice. Rien ! Dis ce que tu veux, y a pas de régIe. Je suis pas moins, ni plus que toi, Je suis pareil. (il se marre) Sauf que j'ai pas de seins  Ce que je regrette, sinon je resterais chez moi à me toucher les seins...  
 
Maurice. Tu pourras mettre en titre : "Un après midi avec deux boudins." 
Sonia. Ou plutôt: "Un après-midi avec un enculé" 
Maurice. Avec "l'Enculé", E majuscule 
Morgane. T'as jamais embrassé un boudin, peut-être ? 
Maurice. Si, c'est bon pour mon image. (tout le monde rigole)
15 H 29 " Elle a des seins immenses ! "
Univers Maurice Radio Libre Maurice s'arrête de parler pour mater une jolie fille qui passe dans la rue. 
Maurice. Oh, mais elle est vraiment mignonne, celle-là... Dommage qu'elle ait des grosses jambes. 
Sonia. Elle a des grosses jambes, elle ? 
Maurice. Ben ouais, elle a des grosses jambes. 
Sonia. Allez, viens Morgane, on se casse ! 
Maurice. Moi, j'aime plutôt les minces, pas les maigres: les minces 
Morgane. Elle est où la différence ? 
Maurice. Maigre, c'est le moment où la structure métallique passe devant l'étoffe. 
J'aime bien les nanas qui ont la fjambe un peu sportive. Je ne suis pas fanatique des gros seins, mais des filles bien proportionnées, avec le sein ferme. 
Dès que le sein commence à couler comme ça, à tomber sous le sous-tif, le sein pas courageux, ça me fout des hauts-le-coeur. 
Chez les filles, j'aime les seins et les yeux. Surtout le regard. La façon dont les filles te regardent... 
 (Il fait un peu chaud, Sonia enlève son pull marin. Maurice s'écrie) Ah putain ! Elle a des seins immenses, j'avais pas vu. Elle a des seins immenses ! C'est vraiment dommage que son sous-tif lui serre les seins, on dirait un polochon, non ? Ca fait rêver des grands seins comme ça 

Sonia. Des gros seins, pas des grands seins... 
Maurice. Si, moi, je dis des grands seins (carrément hilare) Attends, mais cet enculé enregistre tout ! 
 
15 H 42 " Ton truc, avec les filles ? "
Morgane. C'est quoi ton truc infaillible pour séduire les filles ? 
Maurice. J'ai pas de truc infaillible ! Quand je vois une fille qui me plaît... 
Sonia. Les jambes musclées et le sein ferme... 
Maurice. Soit j'y vais fort, je me lève et je lui dit : "Bonjour, tu me plais." Ben oui, c'est la vérité. Alors, la fille dit  "Ah merci" et elle se casse, ha ha ! Soit j'y vais super fort  "Salut, est-ce que faire l'amour maintenant, tout de suite, tu le sens, ou lu préfères qu'on se revoit ?" Et ça marche. Mieux que le mec qui s'assied à côté d'elle et qui dit: "Ça va ? Tu aimes l'avenue d'Italie ? Sympa, non ? Pour un mercredi, ça circule beaucoup, hein ?" 
16 H "Avec la moto, t'as des sensations. " 20 H " Je n'ai pas changé. "

Univers Maurice Radio Libre

Au fond d'une impasse ou Kremlin-Bicêtre, un atelier où on répare les motos. C'est le lieu qu'a choisi Maurice, " son univers ". La pétoire, comme il dit, c'est sa passion. Il nous présente sa préférée,  bien protégée sous un drap : sa " Magic Machine ", " sa 4 pattes 1100 ", dont il n'a pas hésité à booster le moteur. Quand il a un coup de blues, il vient la faire vrombir et colle sa main au pot d'échappement pour sentir sa puissance. Ensemble, ils ont fait le Maroc et eu quelques accidents. Au fond, d'immenses enceintes permettent de balancer de la musique le samedi soir, quand l'atelier devient un rencard de motards. 

Morgane. Pourquoi tu nous as amenées ici ? 
Maurice. Je vais te dire, p'tite. S'il y a bien un truc que je déteste, c'est les concessionnaires. Tu arrives pour faire ton niveau d'huile, le mec disparaît avec ta bécane, t'entends " meuum-vmmmmeum ", le mec revient et c'est mille balles. Ici, ça se passe pas comme ça : tu vois tout... Et puis c'est ouvert le samedi jusqu'à 22 heures ! Ce n'est pas le rendez-vous des bikers, hein : c'est pour les mecs qui aiment bien la moto.

 
Morgane. Tu ne préfères quand même pas les motos aux nanas ? 
Maurice. Si. Avec les motos, tu as des sensations, c'est sûr. Avec les nanas, parfois... En plus de ça, les motos ne m'ont jamais proposé de mettre leur brosse à dents dans la salle de bain. J'aime bien me réveiller tout seul, vois-tu ? Et dormir dans des draps à l'ancienne, après une bonne douche froide, à poil et les cheveux détachés. Et avant de me coucher, parfois, vers six heures du mat', je me prépare un petit magret grillé. C'est extra. 
XL. Tu t'en méfies, des nanas qui débarquent à Skyrock pour te voir avec une brosse à dents dans le sac? 
Maurice. On a prévu. A l'entrée de la station, il y a un scanner comme dans les aéroports. Un mec regarde l'écran, la nana entre dons la machine, Si elle a une brosse à dents, elle tombe dans une trappe. Il y en a là-dedans qui ont quarante ans, les cheveux hyper-longs, et qui attendent qu'on vienne les chercher. Et après on les revend ou Maroc ! (il est mort de rire) Si tu mets ça dans ton truc, je viens foutre le feu à ton journal ! 
 

On s'installe au Lescot, le bar des fans du jeu de go. Au moins, là, personne ne reconnaît Maurice. On évoque enfin l'émission...

Sonia. Je t'écoutais il y a quelques années, tu as complètement changé. 
Maurice. En 1994, au standard, sur 100 mecs qui me causaient, 90 me balançaient  " Je t'encule, j'encule ta mère, pauvre con... " Des gars répandaient " Maurice, c'est un gladiateur, on l'appelle pour se battre avec lui. " Aujourd'hui, l'attitude des gens n'est plus du tout la même. Les mecs appellent soit pour avoir un contact, soit pour discuter. Moi, je suis toujours le même. Je ne suis pas un produit. 
XL. Tu t'es senti passer de gladiateur à copain ? 
Maurice. Si tu te retrouves dans un endroit où tous les gens te traitent d'enculé et que tu as un caractère comme le mien, t'y vas, tu mets des coups de boule à tout le monde. Mon attitude n'a pas changé, ce sont les gens qui se disent  " Bon ben, finalement, ce mec est plutôt sympa. " Des " je t'encule ", tu en as 5 dans la  soirée, contre 90 il y a deux ans. Si tu me croises dans la rue et que lu me dis  " Eh connard ! ", je risque d'être assez désagréable avec toi. Si tu reviens deux ans plus tard et que tu me sors  " Eh, Maurice, t'as deux minutes pour boire un café ? ", je te dis : “ Oui, allons-y. ” Et là, lu me diras : " T'as vachement changé !" C'est en fonction de ce que je reçois. Je suis le dernier à jouer la comédie à la radio. 
XL. Quand les mecs venaient chez toi pour se battre, c'était plus spectaculaire. C'est pas gênant pour l'émission, que tout le monde soit si gentil ? 
Maurice. Mon fonds de commerce, c'est la discussion. Depuis toujours. Les affrontements, ça n'apporte rien. C'est moi qui l'ai montée, cette émission. C'est pas les auditeurs. Juste pour causer avec des gens, n'importe qui, des riches, des pauvres, des tout-ce-que-tu-voudras. Certains veulent exploiter ce côté spectaculaire. Ça ne présente aucun intérêt. Je pourrais enregistrer des phrases toutes faites  " Qui va là 'te prie ? Qu'est-ce que lu veux  ? Ta gueule ! " et les assistants les balanceraient au bon moment. Ce qui m'intéresse, c'est d'être ce que je suis et de proposer aux gens de parler. De leur donner la possibilité de parler. Pas le droit. Comme quand tu vas au Club Med. La piscine est là, la bouffe ici et à telle heure. Toi, tu arrives, tu dis : " Je veux la piscine ici, et la bouffe quand je veux. " Les mecs te répondent " Chez nous, monsieur, c'est comme ça. La piscine est là, la bouffe ici. Vous pouvez ne pas manger, mais on ne va pas transformer l'endroit pour vous, même si vous êtes le client. " Si lu paies des impôts locaux dans cette rue, ton apport est là. Pas ailleurs, là. Si lu achètes cet appartement, tu ne vas pas dire  " Bien, maintenant qu'il est à moi, cet appartement, je vais le déplacer. " Non ! 
En plein milieu d'une phrase, Maurice s'interrompt. Il est 21 h : il est à la bourre Il va y avoir du blanc à l'antenne à cause de nous. Il nous propose de passer le voir à Skyrock un peu plus tard. On a juste le temps d'aller s'enfiler des pâtes au thon.

17 H 30 " A vous de choisir le film. "
Le cinéma. C'est encore une idée à lui, mais il nous a demandé de choisir le film. On a peur qu'il ait déjà tout vu. Ou que rien ne le branche. Mais on dirait qu'il n'a pas mis les pieds au cinéma depuis "La grande vadrouille". Il accepte toutes nos propositions - même "Sauvez Willy contre Michael Jackson". On opte pour "Trainspotting" et ses Ecossais déjantés qui essaient d'arrêter l'héroïne. Une fois les billets payés, Maurice est perdu. Il n'y connait rien an ciné. Il n'a pas l'air de comprendre que la bonne porte, c'est celle avec le titre du film marqué au-dessus. Dans la minuscule salle, il choisit le premier rang. On le craignait, le film enfile plusieurs sketches et ça n'a pas plu à Maurice.  Univers Maurice Radio Libre
23 H " Ma putain d'émission. "

Univers Maurice Radio Libre

TROUVE DANS LA RUE “ Dans la rue, un mec m'a dit  toi, tu devrais faire de la radio. J'y suis allé. ” Avant ça ? Il était étudiant. Mais pour lui faire cracher ce qu'il étudiait, et dans quelle fac, accroche-toi. Pareil pour son âge  ça fait des années qu'il dit avoir 21 ans  Tu écoutes Maurice à la radio depuis 6 ans. D'abord sur Ouï FM, à Paris, ("Maurice, c'est la nuit") puis sur Sky (Chez Maurice, on cause") depuis 94. Avant ça, depuis 1983, il s'est baladé 6 ans sur les stations locales de Radio-France, où il bossait comme animateur.
On arrive à Skyrock. il n'y a pas grand monde. Gaëlle, l'une des sélectionneuses nous accueille. Royal. Dans le studio, autre ambiance. Maurice fait sa putain d'émission debout, dans une pièce obscure, des baguettes de batteur à la main Depuis sa table de bord, il contrôle tout. En face de lui, son réalisateur Lascar et ses assistants. On ne parle pas tout de suite, alors on écoute un peu. Au menu : racisme et religion. Maurice est attentif. le plus souvent, il donne son avis. Parfois, il laisse s'exprimer l'auditeur sans rien dire. Il lance une chanson de Oneyed Jack et nous fait comprendre que ça va être à nous. Ici, ce n'est plus le même Maurice. Il ne sourit plus, il est concentré, il ne nous met pas à l'aise. Sonia et Morgane, calées devant d'énormes micros, ont un peu le trac. Maurice les embrasse (joues et front seulement). On parle de la journée, des Beatles... Mais le micro, ça tétanise, c'est bien connu. Tant pis, Maurice nous aura reçus chez lui en chair et en os.  
Univers Maurice Radio Libre
 
2 H " J'aime les gens de la nuit. "
Univers Maurice Radio Libre
Le Dépanneur, un bar de Pigalle ouvert toute la nuit. Déco façon resto chinois, rock et funk, Maurice adore. On discute encore, il a toujours des trucs à dire. Passe un fleuriste ambulant calibré mafioso. Maurice offre des roses à toutes les filles. Nous raconte comment ce vendeur s'est enrichi grâce à lui. L'heure tourne, les verres
défilent... Morgane et Sonia scrutent les mecs : qui " est cow-boy " et qui ne l'est pas ? Maurice parle de nanas... A cinq heures, le team XL rentre se coucher, Maurice reste. Il embrasse tout le monde, il a l'air plutôt content de sa journée. En sortant, on croise sa grosse meule noire, la femme de sa vie.